Ludo DulouDepuis presque 30 ans j’exerce des métiers en lien avec l’océan : de sauveteur en mer et moniteur de sauvetage côtier sportif à professeur de natation et de surf (BPJEPS Surf).
Ce socle professionnel sur lequel repose mon parcours sportif dédié aux sports de glisse et d’endurance de l’Océan est consolidé par mon expérience d’athlète dont les engagements, physiques et mentaux, sont de mise.

En 1993 j’ai obtenu le BNSSA (Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique) formé par les sapeurs pompiers de Gironde avec le fameux et mémorable stage en mer à Lacanau de 10 jours, obligatoire et sélectif pour chaque nouvelle saison. J’ai appris les techniques de sauvetage professionnel, la responsabilité d’être sauveteur, le travail d’équipe en poste de secours, etc.

C’est en 1996 que j’ai acquis le BEESAN (Brevet d’État d’Éducateur Sportif spécialisé dans les Activités de la Natation). Cette formation m’a ouvert les portes de la « pédagogie » et de l’enseignement de la natation. J’ai aussi obtenu le monitorat de secourisme afin d’être encore plus compétent dans les techniques de secourismes associées au sauvetage.

Après avoir travaillé plusieurs saisons en tant que sauveteur sur le littoral Aquitain, je suis parti vivre une année en Polynésie Française. J’ai alors appris et compris la culture polynésienne et l’origine des sports de glisse que nous pratiquons en Métropole.
C’est là-bas aussi que j’ai mis en application mes compétences pédagogiques en donnant des cours de natation dans les piscines d’hôtels remplis de voyageurs venus, comme moi, vivre le rêve Polynésien.

De retour en métropole, j’ai enseigné la natation dans les piscines municipales, cela a duré 10 années. J’ai développé une technique pédagogique d’apprentissage basée sur ce que m’a transmis John Vivensang lors de ma formation BEESAN au CREPS de Talence avec des adultes handicapés moteurs et des enfants. John m’a ouvert les yeux sur les points clefs : je suis « un guide » qui accompagne et respecte les étapes de « construction » de la natation de chaque enfant. Pour moi, c’est aussi être capable en tant qu’enseignant de rendre les élèves autonomes et qu’ils se sentent en confiance. J’ai développé mon expérience en adaptant différentes techniques récupérées autour de moi comme la pédagogie de l’action par un autre grand pédagogue français Raymond Catteau.

En même temps, je me suis impliqué dans le sauvetage côtier sportif (Surf Life Saving) comme athlète et aussi comme bénévole en transmettant cette passion dans des structures associatives. C’est en Juillet 2008 que Daniel Aberard et moi même avons fondé le « Belharra Watermen Club » basé aujourd’hui à St Jean-de-Luz et rattaché à la FFSS (Fédération Française de Sauvetage et Secourisme). L’animation et la gestion d’une structure associative sont moins simples que l’on pourrait le croire. Cette expérience m’a servi, j’ai aimé transmettre aux jeunes et booster la création du club. A cette époque, j’étais aussi très impliqué dans la compétition de paddleboard comme athlète.

Puis, en 2014, j’ai acquis mon B.E. de Surf. Cela me permet, aujourd’hui encore, d’enseigner la pratique du surf, de me familiariser avec l’organisation des différentes écoles de surf et d’adapter mes cours selon le public reçu. Rigueur, concentration et adaptabilité sont des qualités requises.

Mon objectif principal étant de faire naître une passion forte à ceux qui me font confiance. Je répète souvent que je suis un « guide d’océan » (équivalent à un guide de haute montagne). Le boulot de prof de surf est souvent plus difficile qu’on ne le perçoit de l’extérieur. C’est un travail très physique pour lequel on doit garder l’envie de transmettre et de faire plaisir aux élèves tout en prenant garde à leur sécurité.
J’aime partager avec d’autres enseignants de surf qui ont des années d’expérience, ils me confient leur réussite, leurs techniques pédagogiques et j’en prends note et choisis les éléments qui me correspondent pour les transmettre à mon tour.
Le surf est devenu une discipline accessible dont les innovations telles que les planches en mousse et les dérives souples, ont permis la démocratisation de ce sport. On parle bien de « Surf Culture » ou même de « Beach Culture ».

Afin d’améliorer toujours mes pratiques d’enseignement, je me suis formé en 2014/2015 à la Préparation Mentale avec Christian Ramos. J’ai été mon propre élève en participant aux compétitions officielles de paddleboard, de Stand Up Paddle Race et divers challenges. J’ai aussi testé certaines techniques sur quelques sportifs autour de moi avec qui je partage la même passion. Cette manière de voir les choses me permet de mieux partager les expériences acquises et d’être plus serein dans mon rôle d’ambassadeur/athlète pour les entreprises avec lesquelles je travaille.

L’océan est un milieu qui change tout le temps, avec ses courants, ses marées, les vents et les différentes houles qui se succèdent. C’est pourquoi la pratique du surf ne procure pas immédiatement les sensations escomptées. Il faut de l’entraînement, de l’humilité, de la persévérance et ne pas se contenter de surfer des vagues dites parfaites, mais aussi sortir en mer dans de moins bonnes conditions, une eau plus froide, des houles plus grosses…

Toutes ces formations, ces expériences, les rencontres et les challenges sportifs m’ont donné par dessus tout l’envie de transmettre. Transmettre un savoir faire et aussi un savoir être !